Rechercher
  • Pauline Raud

[Episode 3] Ils ont choisi Prismea et nous expliquent pourquoi: Adile, gérant dans le transport

Prismea donne la parole à ses clients. ll faut dire que les professionnels qui utilisent Prismea pour gérer leur compte professionnel sont les mieux placés pour en parler. Aujourd’hui, c’est Adile, qui a créé son entreprise de transport il y a tout juste quelques mois et qui revient sur son expérience Prismea. Ce chef d’entreprise explique notamment son choix de garder une banque traditionnelle tout en utilisant l’application Prismea pour gérer ses finances afin de “ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier”.


Adile est un jeune chef d’entreprise de 36 ans. Il a créé son entreprise de transport en février 2020 à Montpellier qu’il a baptisé Y3 Transports. Client d’une banque traditionnelle pour la gestion de ses comptes personnels et professionnels “depuis toujours”, Adile a franchi le cap de la néobanque en téléchargeant l’application Prismea, sur les conseils d’un ami banquier, il y a trois mois. “Lorsque j’ai créé mon entreprise il y a neuf mois, l’idée de devenir client d’une néobanque ne m’avait pas du tout traversé l’esprit” concède le dirigeant pour qui la transformation numérique de son entreprise n'est pas une priorité. “C’est un ami banquier qui m’a parlé de Prismea et m’a mis en confiance” raconte-t-il. “Il m’a précisé qu’il s’agissait d’un compte pro en ligne adossé à une grande banque [Le Crédit du Nord] et j’avoue que cela m’a rassuré” complète-il.


Adile précise toutefois qu’il a gardé sa banque traditionnelle en parallèle de Prismea. Pour commencer l’expérience, le chef d’entreprise ne souhaitait pas “mettre tous ses oeufs dans le même panier” et craignait surtout un manque d’accompagnement. “J’ai préféré garder ma banque classique car je redoutais de ne pas avoir accès à un conseiller en direct” témoigne Adile. Ce point de blocage n’est pas surprenant. L’étude réalisée par Happydemics en juillet 2020 met en effet en exergue le fait que les Français sont réticents à basculer vers une néobanque par crainte d’un manque d’accompagnement. Cet argument est le premier avancé par les répondants (29%). Bien conscient de ce frein et surtout fermement décidé à fidéliser ses clients sur le long terme, Prismea fait de l’accompagnement et de la relation humaine une pierre angulaire de son service. Dorian Cauvas, le co-fondateur de Prismea, l’affirme clairement au sein des médias : “la néobanque des pros devra proposer un accompagnement humain”.

L’autre raison évoquée par Adile pour justifier le fait d’avoir gardé sa banque traditionnelle est liée à sa crainte de ne pas avoir accès à des financements. Il est vrai qu’aujourd’hui aucune néobanque dédiée aux professionnels ne proposent de financement. C’est justement un des axes stratégiques sur lequel travaillent les équipes Prismea. Il s’agit d’une fonctionnalité qui sera prochainement disponible. “Nous mettons tout en oeuvre pour proposer du financement court terme en ligne sous forme de crédit instantané sur la base d’un algorithme propre à Prismea. Nous ambitionnons de pouvoir donner une réponse en seulement 10 minutes et décaisser les fonds sous 48 heures. Cette ambition constitue une petite révolution : aucune banque ne propose actuellement du crédit instantané à des professionnels” relate Stéphanie Biron, la cofondatrice de Prismea.


Malgré ces deux points de blocage, Adile a franchi le cap de la néobanque et ne regrette en rien son choix. Il a pu bénéficier de la gratuité de lancement pour prendre progressivement l’outil en main et se familiariser avec une gestion simplifiée de ses comptes professionnels qui lui laisse toute l’autonomie et la liberté qu’il souhaite. “En fait, j’ai gardé ma banque et je me suis offert un directeur financier personnel tout en prenant le contrôle de ma gestion financière” résume le chef d’entreprise.