• Julien ARTIGAU

Quelques conseils pour fidéliser ses salariés

Aujourd’hui dans la rubrique « Les Pros du Quotidien », nous nous intéressons à la fidélisation des talents. Même si les salariés français ont tendance à changer d’emploi moins souvent que dans les autres pays, ils restent cependant ouverts aux changements et il est nécessaire de répondre à leurs attentes afin de minimiser le taux de turnover au sein de votre entreprise. Au-delà du niveau de rémunération, de l’ambiance de travail ou encore du besoin de reconnaissance, nous allons analyser avec Jacques Raud, consultant RH spécialiste du recrutement des métiers IT, les enjeux liés à l’onboarding, éléments clés pour mener une stratégie de fidélisation du personnel efficace. Et vous allez voir que retenir vos salariés commence bien plus tôt que vous ne le pensez…



Vous êtes spécialiste du recrutement, comment répondez-vous aux besoins des clients ?


Depuis plus de 15 ans, nous recrutons des profils rares, dans des secteurs touchés par la pénurie de compétences (métiers de l’informatique scientifique et des technologies de l’information). Notre expertise est reconnue dans le pilotage de recrutements complexes et surtout l’accompagnement des candidats. Nous commençons par conseiller le client en identifiant son besoin. Une fois la demande analysée, nous sélectionnons des candidats potentiels, menons des entretiens Face to Face, présentons une shortlist et analysons les profils comportementaux (GRI). S’en suit la phase de recrutement où nous suivons le processus de recrutement en conseillant le candidat lors de la négociation de son package salarial et la signature de son contrat par exemple.


Enfin, nous sommes présents lors de l’intégration. C’est à mes yeux, de nos jours, le point clé de la fidélisation des salariés. Bien accompagner les candidats recrutés pendant la première année dans leur nouvelle fonction est la clé de toute stratégie de rétention de talent digne de ce nom. Et sur ce point, les entreprises ont encore pas mal d’efforts à faire. Aider les chefs d’entreprises à soigner l’expérience collaborateur est un des enjeux majeurs de ces prochaines années selon moi.



Selon vous, la fidélisation des salariés commence dès la signature du contrat de travail ?


Oui clairement. Fidéliser ses salariés implique d’identifier les facteurs qui les motivent à rejoindre votre entreprise et à y répondre le mieux possible dès la signature du contrat de travail. Pour éviter le départ fulgurant de vos nouvelles recrues, il faut déjà bien les accueillir. Or selon une étude de Welcome to the Jungle, 45% des démissions ont lieu la première année !


La notion d'onboarding est ici cruciale : il s'agit du processus mis en œuvre pour intégrer des collaborateurs fraîchement recrutés. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce processus ne commence pas lorsque le salarié débute ses missions mais bien au moment où il signe son contrat. On pourrait même dire que l’onboarding s'ouvre à la fin de l’entretien d'embauche et s'étend sur toute la première année.





Pourquoi commencer l’onbaording avant que le salarié ne commence à travailler ?


Entre le moment où le candidat signe son contrat de travail et le jour où il passe la porte de l’entreprise pour commencer ses missions, il se passe parfois plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Autant de temps où le candidat peut être sollicité par un autre recruteur ou remettre en question sa décision.


En mettant en place les outils d’onboarding dès la signature du contrat, le candidat prend conscience qu’il est désormais embauché et donc engagé et impliqué. Il est essentiel de l’accompagner pendant cette période de tunnel afin de capter toute son attention et éviter qu’il se laisse tenter par des éléments extérieurs.



Concrètement, en quoi consiste les actions d’onboarding ?


Valoriser l’intégration de nouveaux collaborateurs passe par la mise en place d’actions toutes simples pour que ces derniers se sentent les bienvenus et qu'ils soient immergés rapidement dans la culture de l’entreprise. Cela passe par exemple par la présentation des outils et des équipes avec lesquels ils travailleront, par l’organisation de réunions de présentation ou de manière plus décontractée, par des afterworks ou des activités team building. Mais cela s’incarne aussi par des actions aussi triviales que déterminantes : s’assurer que le N+1 sera bien présent pour accueillir le salarié pour son premier jour ou encore veiller à ce que l’ordinateur soit prêt et l’adresse mail configurée. Autant de petits détails qui ont une importance fondamentale dans l’esprit du nouveau collaborateur.



Pourquoi digitaliser le processus d'intégration des nouveaux salariés ?


Comme je vous le disais, la bonne intégration des salariés est une des clés de leur fidélisation. Dans 75% des cas, lorsqu’un salarié décide de stopper sa période d’essai, cela est dû à des problèmes d’intégration. C’est pourquoi cette stratégie doit débuter au plus tôt, dès la signature du contrat de travail. Or pendant cette période, la nouvelle recrue n’est pas physiquement présente au sein de vos locaux. Il est donc nécessaire de lui permettre d’accéder à ces services à distance, via son ordinateur ou son téléphone, afin de briser tout sentiment d’isolement. Définir son processus d'intégration consiste donc à choisir, parmi les nombreuses plateformes existantes, les outils qui correspondent le plus à vos besoins et à vos valeurs. Nous en proposons plusieurs.


Notre solution Easy to Onboard est détaillée ici. Citons également Axel, un assistant virtuel d'onboarding qui a pour mission d'aider managers et RH à bien accueillir les nouvelles recrues dans l'entreprise, tout en leur faisant gagner du temps grâce à l'automatisation des tâches administratives. Teelt, quant à lui, propose des parcours personnalisés dédiés à l’accueil et à l’intégration des nouveaux talents. Enfin, Welcom’App est une application en marque blanche qui harmonise, automatise et soigne l’accueil des nouvelles recrues en créant, dès la sélection du candidat, un lien direct entre la marque et le salarié.



Un bon onboarding ne passe-t-il pas aussi par une bonne intégration au sein des équipes ?


Tout à fait. Fidéliser un salarié implique qu’il se sente bien au sein de l’entreprise et donc en harmonie avec ses collègues. C’est pourquoi, avant l’arrivée d’un nouveau collaborateur, nous conseillons de mener des analyses comportementales des équipes déjà en place.


Il est aujourd’hui impossible de recruter une personne en se basant uniquement sur ses compétences sans se préoccuper de son savoir-être. Nous préconisons l’utilisation d’outils qui permettent de comprendre le comportement du nouveau-venu mais aussi des autres salariés afin d’évaluer la façon dont les rapports vont se nouer et d’améliorer l’intégration du salarié au sein de l’équipe.



Une fois embauché, comment s’assurer que les employés soient épanouis ?


Cette question est centrale. La fidélisation des salariés est un processus qui s’établit durant toute une carrière. Pour s’assurer que ses salariés soient épanouis, il est possible de leur proposer de réaliser un bilan des compétences. Le bilan de compétences permet d’analyser les compétences professionnelles et personnelles d’une personne, ses aptitudes et ses motivations en appui d’un projet d’évolution professionnelle et, le cas échéant, de formation. Proposer un bilan de compétences à un salarié qui semble se remettre en question peut lui permettre d’évoluer au sein de l’entreprise sans pour autant la quitter. En changeant de poste par exemple. C’est donc un excellent levier de rétention de talent. Les résultats peuvent déboucher sur une réorientation professionnelle ou au contraire rassurer le collaborateur. D’ailleurs, après un bilan de compétence 8 fois sur 10, le salarié garde le même job !


76 vues0 commentaire